Jeu-Test de personnalité : Statisticien, épidémiologiste, astrologue : quel scientifique êtes-vous ?

Agronomie Informatique
1 avril 2020 par itk Agro
2 Commentaires sur cet article

Les filières scientifiques peinent à attirer les jeunes étudiants de nos jours. C’est sans doute dû à leur image austère, et à la difficulté de trouver des débouchés stables après des études longues, et d’apparence parfois rébarbatives.

Comme l’agriculture a tout de même bien besoin de scientifiques pour s’adapter au monde moderne, itk vous propose ici un test de personnalité ludique pour les lecteurs tentés par ces carrières. Notre but est triple :

  • aider les jeunes scientifiques qui s’interrogent sur leur avenir à trouver le débouché qui convient le mieux à leur personnalité.
  • prouver que même les statistiques peuvent être amusantes (mais si !)
  • montrer que les sciences ne sont pas le monde totalitaire que l’on imagine souvent, où une seule vérité est admise.

Le principe est simple 

  • vous trouverez page suivante un tableau de résultats d’une étude épidémiologique, avec leur analyse statistique, mais sans leur interprétation. Ces chiffres proviennent d’une publication scientifique réelle, nous avons juste changé son  thème pour que vous ne soyez pas influencé par les intitulés. Lisez attentivement ces résultats, et passez à la page suivante.
  • Page suivante, vous trouverez 5 interprétations possibles de ces résultats chiffrés. Choisissez celle qui vous parait la plus juste. Allez, on est sympas, vous pouvez revenir à la page précédente en cas de besoin. Suivez votre intuition sans vous censurer : comme vous le verrez à la fin, aucune réponse n’est éliminatoire (mais certaines vous assurent toutefois un avenir plus radieux que d’autres…).
  • Quand vous avez choisi votre réponse, passez à la page suivante, et vous saurez enfin quel métier scientifique vous conviendra le mieux !

Vous êtes prêt ? Vous pouvez passer à la section suivante…

1ère étape 

Quatre études scientifiques indépendantes ont cherché à vérifier si le signe astrologique du Cancer prédispose à développer un cancer, pour cela, les quatre équipes ont vérifié dans quatre villes du monde la prévalence des différentes formes de cancer chez les personnes de signe Cancer, comparé au reste de la population.

Les résultats sont exprimés en Odds Ratio (OR), c’est-à-dire le rapport entre la proportion des personnes de signe Cancer parmi les personnes atteintes de cancers, et leur proportion dans la population saine. La valeur normale est 1, un OR supérieur à 1 indique que le signe Cancer favorise la maladie, un OR inférieur à 1 indique qu’il protège de cette maladie. P désigne la probabilité critique, c’est-à-dire la probabilité que la différence entre cet OR et 1 soit l’effet du hasard. Si p est inférieur à 0,05, le résultat est significatif à 5% (résultats en rouge).

Exemple de lecture : à New York, les personnes de signe Cancer ont un risque plus élevé de 96% (OR = 1,96) de contracter un cancer de la bouche. Ce résultats est significatif (p=0,04 < 0,05)

Après lecture de ce tableau, rendez-vous à la section suivante et choisissez parmi les réponses proposées celle qui vous parait la meilleure interprétation de ces deux études

2. Choisissez votre réponse 

Réponse 1 

Le nombre d’OR significatifs trouvés est normal (il y a 11,36% d’OR significatifs à 10%), et ne montre aucune tendance cohérente. De plus, le regroupement des 4 sites ne donne aucun résultat significatif. La conjonction de ces quatre études démontre donc que le signe astrologique du Cancer ne prédispose à aucun des types de cancers enquêtés.

Réponse 2 

Les enquêtes réalisées sur ce sujet n’ont donné aucun résultat totalement clair, mais 3 d’entre elles ont trouvé des associations significatives avec certains cancers. Pour trancher sur un risque éventuel lié au signe astrologique du Cancer, il serait donc nécessaire de réaliser une nouvelle enquête sur une population plus large. En l’attente de résultats permettant de trancher la question, nous préconisons de classer le signe astrologique du Cancer comme facteur cancérigène possible.

Réponse 3 

Presque toutes les études scientifiques sur le sujet ont montré que le signe astrologique du Cancer entraine une augmentation significative du risque de certains cancers. La seule exception est l’étude réalisée à Shangaï, ce qui est normal puisque les Chinois n’utilisent pas le même calendrier que nous. Ces résultats démontrent de façon indiscutable l’effet du signe astrologique sur la santé.

Réponse 4 

Je n’ai pas eu le temps de lire tout le tableau, mais le résumé de la publication montre qu’il y a à l’évidence un lien significatif entre le signe astrologique du Cancer et certains cancers. Je publie immédiatement une tribune dans Le Monde pour dénoncer l’inertie des pouvoirs publics face à ce scandale sanitaire, et l’omerta des astronomes qui ignorent ces publications pour occulter l’apport scientifique du nouveau paradigme de l’astrologie statistique.

Réponse 5 

Il y a une faute d’orthographe dans le mot « Prostate ». Par ailleurs, d’après les résultats bruts publiés en annexe, l’OR pour le cancer du poumon à Paris est de 0,83 et non 0,84. Enfin, les auteurs ont oublié de citer en référence ma publication de 1995, qui suggérait déjà l’intérêt d’étudier la piste d’un effet sanitaire du signe astrologique du Cancer. L’article peut être accepté sous réserve de ces  modifications mineures.

3. Résultats

Vous avez choisi :

Réponse 1 :

Attention, vous maitrisez parfaitement les principes de base de la statistique, mais vous appliquez ces connaissances d’une façon très scolaire, qui risque de nuire gravement à votre carrière. Si vous ne vous décidez pas à une utilisation un peu plus créative des statistiques, on ne voit guère pour vous qu’une carrière obscure à l’INSEE ou EUROSTAT. Désolé de vous le dire aussi crûment, mais c’est pour votre bien, afin que vous réagissiez pendant qu’il en est encore temps, en vous inspirant des réponses suivantes.

Réponse 2 

Bravo, vous avez bien compris que les statistiques sont aux services des chercheurs, et non le contraire. En conséquence, vous n’avez pas perdu trop de temps sur les notions trop fondamentales, et vous avez travaillé essentiellement l’option « Statistiques appliquées à la recherche de crédits et de soutien politique ». Vous avez toutes les qualités pour travailler dans la recherche publique, dans la catégorie « lanceur d’alerte dénonçant l’inertie des agences sanitaires et autre autorités gouvernementales. Si vous êtes un homme, le port des cheveux longs est conseillé pour rendre plus lisible dans les médias votre statut de scientifique rebelle et visionnaire.

Réponse 3

Vous avez une trop haute idée de la science pour subordonner la beauté de vos théories à une confirmation par des faits réels triviaux.  Par ailleurs, vous avez parfaitement intégré que les statistiques relèvent d’une conception technocentrique de la connaissance, rendue totalement obsolète par la science post-moderne. Malheureusement, vu le conservatisme de la science officielle, cette indépendance d’esprit risque de vous nuire dans la recherche publique. Si, comme dans notre test, vous vous passionnez pour l’astrologie, le départ en retraite d’Elisabeth Tessier vous ouvre un boulevard sur le créneau de l’astrologie scientifique. Mais vous pouvez aussi, en fonction de vos centres d’intérêt (OGM, pesticides, ondes électro-magnétiques, particules fines,…), vous consacrer au bien de l’humanité en tant qu’expert scientifique pour le Criigen, Greenpeace, Générations Futures, Robin des Toits, etc…

Réponse 4

Comme tout le monde, vous avez du mal à gérer le flux d’informations auxquels les scientifiques modernes sont confrontés, mais vous ne vous laissez pas déborder, et vous savez faire en un temps record la synthèse des questions les plus complexes sur les sujets les plus variés, sans perdre de temps sur des questions secondaires qui n’intéressent de toute façon que les spécialistes. Vous ferez merveille dans la presse de vulgarisation scientifique, ou en tant que responsable de rubrique scientifique dans un journal ou magazine d’information généraliste comme Le Monde ou l’Obs.  Et, si vous passez bien à la télé, n’hésitez pas à envoyer un CV à Elise Lucet.

Réponse 5 

Plus besoin de vous inquiéter pour votre orientation professionnelle, vous êtes déjà un spécialiste reconnu en épidémiologie, sollicité par les revues scientifiques les plus prestigieuses pour leur comité de lecture.


Nota  : ce test avait déjà été publié en avril 2016, mais reste (malheureusement) d’actualité. Pour plus de précisions méthodologiques, vous pouvez vous reporter aux articles qui l’accompagnaient :

http://www.forumphyto.fr/2016/04/01/la-peche-aux-alphas-non-ce-nest-pas-un-poisson-davril/

http://www.forumphyto.fr/2016/05/19/la-peche-aux-alphas-niveau-2-cours-de-perfectionnement/

http://www.forumphyto.fr/2016/06/13/la-peche-aux-alphas-niveau-expert-quand-les-particules-fines-nous-enfument/

Ce sera aussi l’occasion de retrouver la publication réelle d’où proviennent les chiffres du tableau analysé dans ce jeu 😊.

Et pour un point plus sérieux sur les conséquences dans l’évaluation des risques sanitaires :

« Pêche aux alphas contre chasse aux petits betas : Pourquoi l’analyse des risques environnementaux ne devrait pas être (seulement) un travail de chercheurs » :

http://www.forumphyto.fr/2016/10/04/peche-aux-alphas-contre-chasse-aux-petits-betas-pourquoi-lanalyse-des-risques-environnementaux-ne-devrait-pas-etre-seulement-un-travail-de-chercheurs/

🐟🐠🐡🐟 🐠🐡 🐟🐠🐡🐟 🐠🐡 🐟🐠🐡🐟 🐠🐡 🐟🐠🐡🐟 🐠🐡

itk Agro
Commentaires
  • 01/04/2020 20:51
    Jallas

    Mince alors, je dois quitter itk pour me faire recruter par l’INSEE ou Eurostat ???

  • 02/04/2020 21:28
    Stoop Marie

    Qu’est ce que je risque statistiquement parlant, sachant que je suis du signe de la Vierge ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

UP