RAL PAM : Rétro Agro Lego® au Pôle Agro et Modélisation

Agronomie
8 novembre 2018 par Vianney Houlès
Pas de commentaires sur cet article

5 ans déjà que le Pôle Agronomie et Modélisation a adopté l’agilité dans son fonctionnement et toujours aucun article sur le sujet dans itk-Labs ! Bien de l’eau a coulé sous les ponts depuis septembre 2013 et il y aurait bien des choses à raconter, mais suivons le principe de frugalité de l’agilité et prenons l’occasion de la dernière rétro agro organisée par Guillaume pour parler d’une des pratiques essentielles à l’amélioration continue : la rétrospective, rétro pour les intimes.

Thèse : Qu’est-ce qu’une rétro agro ?

C’est une rétrospective faite à l’échelle du pôle entier (environ quinze personnes), tous les deux mois (en théorie !) en alternance avec les collèges agro (nous avions parlé de l’un d’eux ici) : leur but est de profiter de ce moment où on lève la tête du guidon pour s’assurer de la solidité de notre édifice, chercher à améliorer notre fonctionnement, notre productivité et, avec une touche plus RH, vérifier que tout le monde va bien ; le tout en auto-organisation !

Anti-thèse : Qu’est-ce qu’une rétro Légo® ?

Vous trouverez facilement plein de renseignements sur cette façon d’animer une rétrospective, par exemple ici, ici, ou , ou encore . C’est la première fois que ce format est utilisé pour nos rétros et c’est sans doute un des plus rigolos.

Synthèse : Qu’est-ce qu’une rétro agro Lego® ?

Comme on a un petit côté Guy Roux par chez nous, nous n’avons pas acquis de boîte exprès pour l’occasion, mais Rémi, le fils de Damien, a bien voulu nous prêter quelques-unes de ses précieuses briques : merci à lui !

Comme dans toute bonne rétro qui se respecte, il y a eu trois phases.

1. On rompt la glace (on dit icebreaker dans certains milieux francophobes)

Guillaume nous a demandé de faire une mascotte pour le pôle (histoire de vérifier qu’on sache faire quelque chose de nos mains avec des Lego®), suivi du petit tour de table qui va bien.

 

 

 

Ça bosse dur

 

2. On analyse et on propose: cela a donné lieu à deux œuvres.

La première consistait à représenter une évolution récente dans le Pôle Agronomie et Modélisation.

Cette étape a permis de voir ce qui a marqué chaque membre du pôle, de faire des recoupements et d’analyser les faits marquants.

 

Cherchez le point commun !

 

La seconde permettait de proposer une amélioration de notre fonctionnement, qu’elle soit basée sur l’œuvre précédente, ou complètement inédite.

 

Lors de ces deux étapes, Guillaume retranscrivait sur des tickets les idées qui émergeaient des discussions (jaune pour l’analyse et rose pour les propositions).

 

Une explication pleine de pédagogie

3. On décide :

C’est l’étape fondamentale de la rétro, puisque c’est à ce moment-là que l’on décide collectivement sur quels points l’équipe va chercher à s’améliorer.

Comme bien souvent, c’est aussi celle pour laquelle on a moins de temps car les discussions riches de la précédente ont tendance à empiéter sur celle-ci.

Nous avons procédé de façon plus classique, par la méthode du dot voting (comme on dit dans les susdits milieux). Chacun a trois votes qu’il peut affecter aux tickets qui lui semblent les plus importants.

 

Comme le résultat des rétrospectives concerne l’équipe qui la fait, je jette un voile flou sur les tickets, qui ne sont figurés ici que pour illustration.

Les jaunes pour les évolutions remarquées, les roses pour les améliorations proposées

Une fois les améliorations prioritaires identifiées, des décisions sont prises pour les mettre en œuvre, ainsi que qui doit suivre leur bon accomplissement, afin qu’elles ne se perdent pas dans le paradis des bonnes intentions.

 

 

Des salariés heureux (élevés au grain) !

 

A suivre : le récit de la rétro à l’échelle de l’entreprise toute entière, restez sur nos ondes !

 

Vianney Houlès
Commentaires
Soyez le premier à réagir sur cet article !

UP